Pages

vendredi 5 novembre 2010

CHATEAU DE FONTAINE-FRANCAISE - (Côte d'OR)

.



Construit entre 1754 et 1758, le château de Fontaine-Française est d'architecture classique. Il présente des formes nettes et symétriques. Il est composé d'un corps de logis central flanqué de deux ailes en retour sur la cour. Les fenêtres, hautes de 4,50 mètres, sont ornées côté cour de mascarons représentant des figures allégoriques. Il comprend un étage de soubassement, un étage sur le rez-de-chaussée, et un étage de comble.
Un dôme surmonte la partie centrale, délimitée par deux avant-corps. Il est terminé par un terrasse faîtière, et renferme deux horloges. Le fronton côté cour était autrefois orné des armoiries de la famille Saint Jullien. Martelées à la Révolution, elles ont été remplacées à la fin du XIXe siècle par celles de la famille Chabrillan, propriétaires d'alors.




Le château avec ses jardins composés de 372 tilleuls taillés en portique et de topiaires d'if et de buis fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 12 novembre 19451. Le recensement comprend le château lui-même, les communs dits "Petit-Château", l'orangerie, le parc et le jardin, y compris les grilles d' entrée, le mur de clôture et la glacière couverte en laves, ainsi que le bassin central





Au fait j'allais oublier : voici la Fontaine.....Française

mercredi 3 novembre 2010

CATHEDRALE SAINTE REPARATE - NICE



La cathédrale Sainte-Réparate de Nice (sous l'invocation de sainte Réparate, vierge et martyre, patronne de Florence ainsi que de Nice et de son diocèse), située dans Le vieux Nice, fut construite entre 1650 et 1699, année de sa consécration.

Originellement rectangulaire et orientée vers le nord, la cathédrale est reconstruite sur le modèle de l'église Sainte-Suzanne de Rome : un plan en croix latine, orientée vers l'est, avec une coupole, aux tuiles de couleur vernissées à la mode génoise, à la croisée du transept. Le bâtiment est de style baroque.



L'intérieur, également de style baroque, compte dix chapelles : la Madone-des-Sept-Douleurs, la Crucifixion, Sainte-Rose-de-Lima, Saints-Alexandre-et-Barthélémy, Saint-Sacrement, Sainte-Rosalie et la Vierge, Saint-Joseph, Sainte-Réparate, les Quatre-Martyrs-Couronnés et Saint-Jean-Baptiste.








Le maître-autel est surmonté d'une représentation de la Gloire de Sainte Réparate, vierge martyre dont les restes reposent dans la cathédrale depuis 1690.























Les grandes orgues

Il s'agit d'un orgue néo-classique possédant 4 claviers et 69 jeux. On doit sa reconstruction du grand orgue (initialement un Martella de 1901) au facteur Jean-Loup Boisseau. L'instrument est malheureusement réduit au silence depuis mars 2005 et nécessite d'importantes réparations.